Conseil BCE associés n° 169
Les conseils en reprise peuvent être nombreux. Faire le tri dans les informations glanées afin de se forger une opinion sur ceux qui sont crédibles. Les conseillers ne sont pas les payeurs mais leurs actions doivent être 100% impartiales
Tous nos conseils
 
 
 
Qui sommes nous ?
 
Un partenariat actif
 
Domaine d'expertise
 
Ethique optimale
 
Plan transmission
 
Extraits de témoignages
 
Nos partenaires
 
Nos dossiers
 
Nos réalisations
 
Newsletter
 
Contact
 
Forum NOUVEAU
 
Echos Presse
 
BCE Associés ciblage entreprises a reprendre
 
Le temps galope: inutile de partir en chasse de reprises tous feux allumés. Il est déterminant de se connaître:expérience, motivations, capacités financières, volonté d'être chef d'entreprise avec preuves concrètes à l'appui.
Dans votre négociation, il est préférable de ne pas être en première ligne. Vous aurez ainsi le recul suffisant pour mener vos réflexions et décider au moment propice. En vous appuyant sur un conseil, vous ne connaitrez pas "la solitude du marathonien " !
 
Le financement: l'apport personnel doit couvrir 30% de la valorisation de la cible. C'est un premier réflexe à avoir afin de vérifier que l'on ne fait pas fausse route. Ce serait dommage de perdre du temps inutilement sur un dossier impossible à valider.
Force est de constater que les affaires qui sont à l'affiche ne sont toujours les plus alléchantes. Fréquemment, les bons dossiers se traitent sans besoin de publicité. Si vous partagez cette opinion, nous avons peut-être de bonnes nouvelles pour vous !
 
Des repreneurs: beaucoup de monde sur le circuit. Des cédants bien moins nombreux sur le marché. Par conséquent, la sélection est rude en terme de VA. Sur 100 repreneurs 'déclarés', 5 reprennent au final. La porte de la reprise est somme toute étroite.
Savez-vous que plus de 2000 entreprises environ disparaissent chaque année en France? Un nombre considérable de compétences définitivement perdues malgré des secteurs porteurs. Et si demain, vous étiez l'artisan de la reprise !
 
Le LBO: Kesako ?. Tout simplement l'effet de levier que vous pouvez obtenir en créant un holding financier pour acheter votre entreprise. Ce montage repose néanmoins sur la capacité d'endettement et la possibilité de rembourser sans gripper le mécanisme !
Le trépied qui change tout. Le dossier repreneur se compose de 3 points clés: le CV pour s'identifier clairement, ses critères 'idéaux' de recherche en terme d'activité, le niveau prévisionnel de son apport financier hors concours bancaires.
 
Le temps n'est pas gérable dans un projet de reprise. En revanche: votre ciblage, vos motivations, le niveau de votre apport prévisionnel le sont. Mettez en avant ces priorités absolues, car vous serez au moins 2 à décider au final: le vendeur et vous !
Vous connaissez le principe du " stop and go ". Faites le point en listant tous les plus et les moins de vos dossiers. Que vous soyez repreneur ou vendeur, votre balance finale doit être nettement positive, sinon recomptez de nouveau !
 
" Un bon accord vaut mieux qu'un mauvais procès "... Faites appel à un professionnel pour rédiger votre protocole d'accord avec toutes les mesures et les clauses impératives. Ceci, que vous soyez dans la position du vendeur ou dans celle du repreneur.
La culture des "3 H " Humilité, Humilité et Humilité sont des valeurs qui revêtent un caractère déterminant côté repreneurs. l'écoute et l'observation contribuent à asseoir cette sagesse qui constitue un gage de réussite en reprise d'entreprise PME PMI
 
L'articulation du projet de reprise ne peut s'improviser. Statut juridique, statut social, engagement financier, garanties actif et passif à discuter et la liste est loin d'être exhaustive. Tous les points sont à passer au peigne fin.
Le volet juridique est destiné à sceller la reprise et la transmission selon des modalités qui sécurisent simultanément les parties. Inutile par conséquent de se centrer sur le forme, le fonds est d'abord essentiel et un pré accord est indispensable.
 
100 000 euros pour reprendre! c'est délicat de trouver une entreprise structurée qui puisse être reprise par un repreneur généraliste. Il n'y a pas de secret sinon ça se saurait depuis longtemps. Avec 150 000 €: le potentiel est déjà plus favorable.
La reprise d'une entreprise entraine implicitement la reprise de tous les contrats: juridiques, sociaux, commerciaux, financiers. Toutes les particularités sont à éplucher pour " bétonner " le rachat et décider en toute transparence. Attention addition !
 
Votre banquier vous veut du bien ! il vous prêtera en règle générale un montant égal au double de votre apport personnel. Plus votre profil sera en harmonie avec celui du repreneur "idéal" pour cette entreprise, plus votre dossier sera reçu à bras ouverts
Le conseil en développement marketing et en plan d'action commerciale, est l'une de nos 2 branches d'activités. Cette mission sur-mesure vient souvent en appui ponctuel des vendeurs ou des repreneurs dans leurs projets.
 
Les évaluations: il n'y a pas qu'une méthode.Les croisements permettent de cerner avec précision la valorisation optimale. Le vendeur peut confondre parfois CA et valorisation. L'écart injustifié explique souvent la difficulté du bon deal.
Le bon profil, au bon endroit, au bon moment ! L'adéquation entre repreneur et projet se valide très vite. Pas utile de passer du temps sur un dossier qui ne convient pas aux critères idéaux de chacun. Le temps file comme du sable entre les doigts...
 
liens Contact Tel: 02 97 25 12 62 - Email: info@bce-associes.com - Carte pro: CPI 5602 2016 000 014 900